Brisons un TABOU

La semaine dernière j’ai lu cet article d’egali-mère sur le burn out maternel.

Même si je ne suis pas mère au foyer, que je suis une maman qui travaille à 80% pour encore 6 mois et 3 semaines, la pression sociale qu’on nous met à nous les mères,  les tabous qui traînent m’ont toujours révolté, tenu à cœur. Même dans mon couple il y a des choses acquises dans l’esprit mâle contre lesquelles je me bats! Je ne suis pas une féministe du tout pour autant, je suis issue d’une éducation avec une mère au foyer, je suis moi, avec ma personnalité et mes propres choix de vie !!!!

Toujours est-il, quand je l’ai lu, j’ai tout de suite pensé à « Elle ». Je lui ai envoyé l’article en espérant qu’elle ne se vexe pas. Ouf non, au contraire.  Bon ça ne l’a pas rassuré,  les témoignages parlent de vécus qui ont beaucoup plus touché le fond qu’elle, que ça veut dire que ça va être encore pire ensuite…

Quand on est dans une spirale infernale,  qu’on voit le verre à moitié vide, on n’en sort pas comme ça…

Pas facile de l’aider à 400 km d’ici, mais depuis plusieurs mois je me fais du souci. Par téléphone j’essaie de la soutenir mais ce n’est pas concret. Et puis il y a un tabou social, c’est mal vu de craquer. Personne ne semble remarquer, ou ne veut pas voir. Personne ne lui tend la main, surtout parmi ses proches. Elle se sent impuissante (moi aussi), lasse, déteste réagir ainsi, culpabilise d’être comme ça.

Dans 2 semaines elle part quelques jours en vacances, à l’hôtel, avec un baby club où elle compte bien laisser ses enfants toute la journée pour souffler, se reposer, avoir cette pause qu’elle attend depuis si longtemps !!

Je lui souhaite vraiment que ça se passe comme elle le rêve depuis des semaines pour se donner la force de tenir, que ça suffira pour elle pour tenir encore 4 mois ½ avant la rentrée à l’école de sa dernière !

J’ai eu l’occasion d’en parler avec un médecin qui est spécialisé aussi en psycho. Elle me disait qu’il fallait aller dans les PMI, les médecins y sont très à l’écoute, peuvent appuyer pour une place en crèche par exemple alors que la mère ne travaille pas, que des aides sont proposées !

A vous aussi qui pouvez craquer, interpellez vos familles, amis, médecins… Pensez à vous avant tout !

A tous ceux qui voient bien que cette mère semble fatiguée, à bout de nerf, pas comme avant, allez la voir, lui parler, l’ECOUTER, voir comment vous pouvez l’aider peut être aussi (prendre un enfant quelques heures pour jouer avec le vôtre par exemple). Ne fermez plus les yeux !!!

Mere-debordee-Vous avez un témoignage à partager ? Des conseils ?

Stéphanie – A l’écoute

pour en lire plus lundibonneresolution facebook suivez moi

Une réflexion au sujet de « Brisons un TABOU »

  1. Merci d’avoir cité mon article et de parler toi aussi du Burn-Out maternel.
    Je pensais que tout avait été dit sur le sujet mais je constate qu’il est encore tabou et que beaucoup de femmes en souffrent en silence. En parler, c’est sensibiliser aussi l’entourage et permettre d’ouvrir le dialogue.
    J’espère que tout va bien aller pour ton amie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *