L’école m’a fait douter de mon rôle de maman – Jeudi Education

L’école m’a fait douter de mon rôle de maman

Depuis que mon grand est né, on découvre la vie de parents et à chaque obstacle, on essaie de trouver des solutions. Mais ce n’est pas toujours compris par l’entourage. Comme quand notre aîné s’est retrouvé la tête aplatie à 2 mois de naissance (je vous en ai parlé ici).

Depuis son entrée en maternelle, les problèmes de langages de mon grand sont devenus flagrants. Puis problématiques.

Après échanges avec sa maîtresse puis une visite chez le médecin, le bilan orthophonique a bien confirmé son retard et ses problèmes. Sans pour autant mettre un nom dessus (c’est trop tôt à 3 ans).

Le voilà parti pour 2 séances par semaine d’orthophonie. Ça lui fait du bien et ça l’aide.

Deux ans plus tard, même s’il a progressé, les difficultés et retards sont toujours là.

Je vois bien que mon fils a un problème. Je ne me voile pas la face sur ses difficultés.

Si bien qu’en parlant de cela dans mon entourage, je me rends compte que je ne suis pas la seule, ou plutôt il n’est pas le seul.

Je me dis pourquoi attendre son échec scolaire en primaire, il faut agir et anticiper, pour lui donner une chance de réussir.

Alors j’en ai parlé dès l’automne à l’orthophoniste, en janvier avec la maîtresse. Nous allions faire un dossier de demande d’AVS (auxiliaire de vie scolaire).

L’orthophoniste, pas pressée, a quand même accepté de faire le bilan anticipé puisque je ne lâchais pas l’affaire.

La 2e rencontre avec la maîtresse m’a dérouté. Et fait douter de mon rôle de maman, celui de tout faire au mieux pour ses enfants.

Son discours se voulait positif, pas du tout catastrophique, bien au contraire. Les évaluations étaient bonnes dans l’ensemble. Après 5 mois, elle arrivait enfin à le comprendre et à lui proposer une méthodologie de travail qui lui correspondait.

Ça changeait des deux dernières années où le discours était plutôt négatif, ou bien réaliste.

Je me suis dit que j’en faisais trop une fois de plus, que je déclenchais l’alarme pour rien.

Et puis le bilan orthophonique est arrivé, celui de la psychomotricienne aussi puis de la psychologue scolaire.

Malheureusement, j’avais vu juste. Ma démarche a du sens. Même si mon fils n’est pas le plus handicapé des enfants, qu’il y a toujours plus grave, j’avais raison.

Depuis le début de la scolarité de mes enfants, j’ai souhaité communiquer avec le corps enseignant et leur faire savoir que je suis de leur côté. Cela afin d’aider et accompagner mes enfants au mieux, éviter que leurs difficultés et caractères ne les stigmatisent de trop et qu’ils ne deviennent leur bête noire.

Alors sans être fermée à tout, néanmoins, à l’avenir, je ne mettrai plus en doute mon instinct de maman et irait au bout de mes idées, quitte à ne pas être d’accord avec le corps enseignant.

macaron-rdv-educationC’était ma participation au jeudi éducation de Wonder Mômes

Voici les autres participation que je vous invite à découvrir :

Stéphanie – maman déterminée

pour en lire plus facebook suivez moi

8 réflexions au sujet de « L’école m’a fait douter de mon rôle de maman – Jeudi Education »

  1. Ton article est vraiment très touchant et « intéressant ». Je me destine à être prof des écoles, et j’espère sincèrement que j’arriverai à prendre en compte les inquiétudes des parents et de ne pas passer à côté de choses comme ça :/

  2. On pense toujours que nous les parents, on exagère lorsqu’il s’agit de nos enfants… pourtant qui mieux que nous les connaissons?
    Tu veux comprendre pour pouvoir aider ton fils et c’est normal. Le problème est que dans notre société actuelle, difficile de se faire entendre… alors tu as eu raison de ne pas lâcher!

  3. et bien le même problème que toi, mais dans le sens inverse … un enfant trop intelligent qui avait trop d’avance et ça perturbe le travail de la maîtresse, l’enfant est mal car il s’ennuie. J’avais aussi peur d’en faire trop en osant imaginer qu’il soit un haut potentiel … et puis un jour j’ai franchi le pas je l’ai fait tester, il était bel et bien ce que je pensais. Est ce que le corps professoral a été ému ? …… non pas des moindres. Un jour j’en ai eu marre chaque année de jouer à la roulette russe, comment va se passer l’année, la maîtresse tiendra-t-elle compte de ses capacités va-t elle lui proposé des exercices adaptés ou bien le fiche au fond de la classe à moisir d’ennuie ? je suis donc passé à l’instruction en famille ….. en attendant que l’école change et soit vraiment pour tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *