FACEBOOK M’A (déjà) FAIT PLEURER 2 FOIS

coucher-du-soleil2

Je suis inscrite à titre personnel sur Facebook depuis le 10 avril 2008. Bien sûr au début je ne m’y connectais pas beaucoup. Tout d’abord car je n’étais pas encore devenue addict, un peu comme twitter plus tard, il m’a fallu comprendre le but, le fonctionnement, etc. Et puis il y avait peu d’amis/connaissances qui étaient inscrits.

J’ai vraiment commencé à m’y mettre une bonne année plus tard, pour m’occuper pendant mon 1er congé maternité !!
J’ai aimé des gens, des pages, j’ai désaimé, on m’a désaimé, j’ai re-aimé, j’ai recentré mes amours. Bref, j’ai évolué et muri avec facebook.
Et en moins d’un an, voilà qu’à deux reprises je me suis retrouvée à pleurer devant mon mur facebook. Je vous partage ces moments d’émotions.

Alors je précise bien que c’est en lien avec Facebook. Car sur internet, les occasions de pleurer ne manquent pas. Entre les vidéos émouvantes par la générosité, la solidarité, l’amour qui s’en dégagent. Celles qui témoignent d’un combat contre la maladie, d’un deuil, etc.
Les billets que l’on peut lire, écrits avec les tripes et qui me touchent forcement, comme la perte d’une maman, le billet de Manue, le deuil périnatal de Ginie, ou bien les mots bien ciselés de Camille Anseaume, et bien d’autres encore dont je n’ai pas gardé les liens…

Là il se s’agit de suivre l’actualité, les posts de personnes, en l’occurrence un moment douloureux qui m’a fortement attristé…

Le 1er a eu lieu le 22 mai 2013. Ou plutôt le 22 mai 1915. Je m’explique. Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux a eu l’excellente idée l’an dernier de nous refaire vivre une partie de la 1ère guerre mondiale à travers un personnage, Léon Vivien, qui aurait été connecté à Facebook et nous aurait fait vivre ce qu’il se passait au front du 28 juin 1914 au 22 mai 1915, avec photos d’archives, témoignages ! Je me suis prise dans cette histoire comme certains de nos familles ont pu la vivre. Cet homme, jeune marié, envoyé à la guerre, sa femme enceinte, qui donne naissance à un fils qui ne connaitra pas son père, mort au combat pour son pays. Ça peut paraitre bête vu de l’extérieur, ce ne sont que des personnages fictifs, mais pourtant bien réels dans notre histoire. On se doutait bien de la fin, qu’il y aurait forcement une fin, mais je me souviens de cette fin d’après-midi, début de soirée, quand j’ai lu le dernier billet et les commentaires, j’ai pleuré…

Et le 2ème, plus récent, m’a donné l’idée de ce billet. Cela remonte à un peu plus de 3 semaines. Le samedi 1 mars en fin d’après-midi (décidément, c’est un horaire maudit). Je ne sais plus comment j’en suis arrivée à suivre cette page facebook, une suggestion d’amie certainement. Mais je me suis sentie touchée par cette petite Jade et le combat de ses parents contre la maladie. Un moyen pour eux de sortir de leur isolement, de sensibiliser, recueillir des fonds aussi. Depuis, je suis plusieurs autres enfants touchés par diverses maladies. Papa ours dit que je suis maso. Moi ça me touche, c’est comme ça.

Toujours est-il que cette petite Jade, sujette à de nombreuses crises d’épilepsie pour faire court, a son état de santé qui s’est brutalement dégradé fin février. Quand ce samedi 1er mars je lis qu’elle est dans le coma, qu’elle ne souffre plus, qu’elle déploie ses ailes tout doucement, même si en tant que maman je ne peux qu’effleurer la douleur de ses parents, là aussi j’ai été touché et j’ai pleuré.

D’ailleurs, vous écrire ces lignes me fait monter les larmes aux yeux.

Sans transition, je vous laisse, je vais me moucher et soigner ma mélancolie.

Stéphanie – en mode kleenex

Beaux-arbres-dautomne-_-www.images-libres.net_2

pour en lire plus lundibonneresolution facebook suivez moi

8 réflexions au sujet de « FACEBOOK M’A (déjà) FAIT PLEURER 2 FOIS »

  1. Ping : VISITE DU 1er mois… | maman moderne-politiquement incorrecte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *