Mon fils préféré

Aujourd’hui je brise un tabou et vous parle de l’enfant que l’on préfère.

Il y a des spécialistes qui disent qu’on est obligé, consciemment ou pas, d’avoir un enfant que l’on aime plus que d’autres.

Certains disent qu’il est tout à fait possible d’aimer ses enfants pareils.

Comme la semaine passée sur mon sujet sur l’éducation, pour comprendre qui je suis aujourd’hui, il faut regarder mon passé (mes parents vont finir par se plaindre 😉 ).

Du côté de mon père, rien à signaler. Du côté de ma mère, c’est beaucoup plus compliqué. Ma grand-mère, cette femme adorable qui a décidé que ma mère était la cause de tous ses maux (elle s’est retrouvée maman solo car mon grand-père est parti plusieurs années faire la guerre d’Algérie) mais que mon oncle, non. Il était son enfant adoré, lui donnait tout et lui passait tout (comme cette fois où mon oncle alors au CP a imité la signature de sa mère. Pas engueulé, au contraire, c’est un enfant exceptionnel, savoir faire ça à son âge!).

Par principe, ma mère avait toujours tord, était toujours responsable de tout ce qui n’allait pas, son frère par contre était le chouchou, le roi. De plus, ma grand-mère prenait le salaire de ma mère pour elle. Elle ne lui montrait pas d’amour maternel. Et plus tard, même quand ma mère avait mon âge, elle lui pourrissait encore la vie!

Vous vous doutez bien qu’une fois devenue maman, cela a eu des répercussions pour moi et mes frères. Aujourd’hui encore, même avec ses petits-enfants.

Ma mère a une obsession quasi maladive de faire une différence entre ses descendants. Si elle offrait un jeu à l’un, l’autre avait le même (c’est elle qui me l’a raconté car je n’en ai aucun souvenir).

Elle prévoit un budget cadeau identique au centime près pour chacun.

Voyez un peu mon passé 🙂

Il y a 2 ans moi et mes frères nous sommes retrouvés ensemble pour un week-end. Sans parents dans les parages, juste nous 3 et mes hommes car ils logeaient chez moi. L’occasion de parler tous les 3. Et sous le ton de la plaisanterie, mes frangins se taquinaient pour savoir lequel était le préféré de ma mère (à croire que le fait que je sois la seule fille m’excluait). Au bout de 48h, personne n’était capable de le dire!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Et bien je trouve ça bien. Mais moi, je suis différente. Ou plutôt nuancée.

Ce souci de ne pas faire de différence est un de mes principes, mais moins obsessionnel. Quoi que. Si j’offre un petit cadeau à l’un, un plus gros à l’autre, ça ne me pose pas de problème. Car je sais qu’une prochaine fois ça sera très certainement l’inverse. Idem pour le budget cadeaux.

J’essaie pour autant de faire autant de bisous à l’un et l’autre. Mais une petite voix me dit que de toute façon, l’ainé ayant 25 mois d’avance sur son frère, il y aura toujours une différence! Il me faut l’accepter.

Mes fils sont différents, ont des habitudes différentes, des âges différents, il est donc normal qu’ils soient traités différemment.

Pour autant, je leur porte la même dose d’amour inconditionnel. Mais il varie selon les situations…

Ce poème perse, que j’ai affiché à côté de notre coin repas, résume très bien lequel de mes fils j’aime le plus :

2015-03-25 22.35.09On demandait un jour à un homme, dont on disait qu’il était sage:

« Tu as de nombreux enfants, quel est ton préféré? »

L’homme répondit:

« Celui de mes enfants que je préfère,

C’est le plus petit jusqu’à ce qu’il grandisse,

Celui qui est loin, jusqu’à ce qu’il revienne,

Celui qui est malade, jusqu’à ce qu’il guérisse,

Celui qui est prisonnier, jusqu’à ce qu’il soit libéré,

Celui qui est éprouvé, jusqu’à ce qu’il soit consolé!« 

Et vous ? Un préféré ou non ? En avez-vous souffert ?

C’était ma participation au jeudi éducation de WonderMômes.

macaron-rdv-educationVoici les articles des parents blogueurs du groupe :

Stéphanie – maman préférée

pour en lire plus facebook suivez moi

17 réflexions au sujet de « Mon fils préféré »

  1. Ping : [Les jeudis éducation] La chasse aux oeufs de Pâques | Poucelimama

  2. Ping : [Les jeudis éducation] Pâques une histoire de famille | noahdecajou

  3. Ici pour l’instant ma préférée c’est ma fille (mais c’est facile vu que c’est la seule loool).

    Ma mère a une préférence aussi pour mon frère mais elle ne veut pas en entendre parler car pour elle c’est faux alors que moi et ma sœur on en est certaines. Après en soit ça ne nous gêne pas mais c’est marrant qu’elle se voile la face comme ça.

    Ma

  4. C’est un bel article ! 🙂
    Je pense qu’on ne peut pas aimer ses enfants pareil, parce que comme tu le dis, ils sont différents donc la relation ne peut pas être identique, mais pour autant les aimer quand même autant les uns que les autres !
    Ici, j’ai aussi cette espèce d’angoisse obsessionnelle de ne pas faire de différence entre mes 2 filles, mais tout en respectant leur individualité (je suis dans un espèce de paradigme bizarre à cause de leur gémellité !). Chéri lui, est pas du tout comme ça ! Ça ne lui pose pas de soucis d’acheter un truc à l’une et pas à l’autre si rien ne le justifie…
    Enfant, il y avait beaucoup de jalousie entre nous (surtout de moi, l’aînée, qui suis passée de chouchou de mes parents car toute seule à « grande soeur »), je crois que ça m’a pas mal marqué du coup !

  5. Ping : Leur apprendre ce qu'est PâquesWondermomes

  6. très bel article et si réaliste. Le jour où nous pourrons élever nos enfants sans tenir compte de nos manques ou de nos névroses quelle victoire ! En attendant nos enfants sont merveilleux car ils ne nous tiennent pas rigueur de nos défauts. Vous êtes tous des (grands) enfants chéris.

  7. Très bel article et si réaliste. Le jour où nous pourrons élever nos enfants sans être influencer par nos manques ou nos névroses quelle avancée !
    En attendant nos enfants sont merveilleux car ils ne nous tiennent pas rigueur de nos erreurs (et pourtant…….)

  8. Ping : Qui apporte les œufs de Pâques?Drôle de Maman

  9. Ping : Pâques #activites - Ma P'tite Tribu | Ma P'tite Tribu

  10. Un sujet qui interpelle toutes les mamans! Mes parents n’ont jamais fait de différences entre nous 4, et étant l’aînée je n’ai jamais ressentie la moindre jalousie envers mes petits frères et soeurs. Pourtant je sais que ma soeur, enfant n°3, a toujours nourri étant petite une grande jalousie envers notre petit frère, enfant n°4. Il lui avait piqué la place de petit dernier, de chouchou ! Place qu’elle avait occupé pendant 7 ans. Comme quoi, les parents peuvent faire les choses bien, cela n’empêche parfois pas la jalousie.

    • Finalement, les parents font au mieux, pas où peu de différences mais paradoxalement, les enfants cherchent tous la place de préférée!

  11. Ping : Papa Blogueur Quand pâques devient un autre Noël ! - Papa Blogueur

  12. Ping : Pourquoi j'ai de moins en moins envie de scolariser mon fils. - Blog pro allaitement maternel et maternage

  13. Ping : Leur apprendre ce qu'est Pâques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *